A propos du karaté

A propos du karaté

Karaté okinawaïen – culture traditionnelle de classe mondiale.
Techniques de haut niveau et spiritualité favorisés par l’histoire et la culture d’Okinawa.

■Histoire du karaté, né à Okinawa.

Il existe plusieurs théories sur les racines du karaté, mais on dit que le karaté était à l’origine un art martial d’autodéfense pratiqué par la classe des samouraïs du Royaume Ryukyu comme enseignement de base.
Un envoyé chinois, Xu Baoguang, a visité Ryukyu en 1719, et a mentionné le mot Ryukyu « 拳頭打 (Teiichikun) » dans le livre « Chuzan denshin roku » qu’il a écrit en 1721. Ce mot est considéré comme le mot actuel « 正拳 (Tidikun) ». On spécule que les arts martiaux appelés « 手 (ti) » utilisant « Tidikun » étaient déjà nés à cette époque.

Un livre d’histoire, « Kyuyo », a également introduit le fait que le Bojutsu (bâton de combat) a été propagé dans une zone rurale au début du 18ème siècle.

Différents types de « kata (formes) » ont été rapidement générés à travers « 手 (ti)», dont une méthode de formation unique ayant recours aux outils de formation tels que le « Makiwara », un art martial d’autodéfense à mains nues, et un art martial qui utilise des équipements tels que le Bo (bâton) et le Sai (arme perforante).
Il a complété et fait évoluer le monde du karaté okinawaïen.
Le karaté, qui s’est parachevé dans le royaume de Ryukyu, a poursuivi son développement grâce aux efforts entrepris par Matsumura Sokon, Higashionna Kanryo, Matsumura Kosaku, et d’autres prédécesseurs.
Après Haihan-chiken (suppression des domaines féodaux et création des préfectures) en 1879, le karaté s’est largement répandu dans l’enseignement scolaire et auprès du grand public grâce aux efforts déployés par Itosu Anko etc.

■Un esprit noble favorisé par la formation

Le karaté okinawaïen valorise la promotion des compétences d’autodéfense et d’un esprit noble, grâce à une formation physique et mentale.
Grâce à la pratique et à la formation aux katas, aux outils de formation tels que le « Makiwara » et aux compétences de face-à-face, on développe le Tidikun qui peut broyer les os, un coup de pied tranchant comme un fer de lance, un cœur inébranlable qui reste calme dans toutes les situations, et le « Mejikara (la capacité de transmettre des émotions fortes par les yeux) » qui annihile les actions d’attaque de l’adversaire.
Seuls les pratiquants du karaté qui maîtrisent la « force des armes », obtenue par la pratique des compétences ainsi que la formation physique et mentale, et présentent un esprit noble en tant que personne de caractère sont appelés « samouraïs ».
Le noble esprit « samouraï » a été transmis aux pratiquants du karaté actuel.

■Origine de la propagation du karaté à travers le monde

Le karaté a été transmis dans le monde entier par de nombreuses personnes depuis son berceau d’Okinawa.
Yabu Kentsu, connu en tant que pratiquant de karaté à Shuri, s’est arrêté à Hawaï en revenant au Japon depuis Los Angeles en 1927, tandis que Miyagi Chojun, pionnier du Goju-ryu, se rendait à Hawaï alors qu’il était invité par une entreprise de presse hawaïenne, « Yokoku Jiho Sha », en 1934.
Tous deux y ont enseigné le karaté.
Après la guerre du Pacifique, les pratiquants du karaté qui ont déménagé en Amérique du Sud ou en Amérique du Nord ont formé de nombreux disciples tout en maintenant la coordination avec les pratiquants du karaté vivant à Okinawa.
Certains d’entre eux ont voyagé seuls en Europe, dans des pays comme la France ou l’Espagne, et ont travaillé dur pour former de nombreux disciples. Il existe également un cas où des soldats et des civils américains ont été fascinés par le karaté à Okinawa sous le règne militaire américain, se sont formés et efforcés de répandre le karaté dans leur pays d’origine.
En 1922, Funakoshi Gichin a déménagé à Tokyo pour présenter le karaté à la 1ère Exposition de Sports d’Athlétisme tenue à Tokyo. Gichin s’est installé à Tokyo et a déployé toute son énergie pour étendre le karaté à « Meishojuku » qui était la cité universitaire de la préfecture d’Okinawa. Puis, à Kansai, Mabuni Kenwa, Miyagi Chojun et d’autres ont également commencé à répandre le karaté. La forme de karaté enseignée par Funakoshi a prospéré sous le nom de Shotokan-ryu, tandis qu’une autre forme enseignée par Mabuni a prospéré sous le nom de Shito-ryu. Toutes deux se sont répandues dans le monde entier.
Après la guerre, le karaté, y compris ce que l’on nomme les « quatre grandes écoles », à savoir Shotokan-ryu, Shito-ryu, Goju-ryu, et Wado-ryu (fondée par Otsuka Hironori), se sont rapidement propagées et développées partout dans le monde, depuis Okinawa.

■ L’art martial pour le rétablissement de la paix et le respect de la courtoisie

« Au karaté, on n’attaque pas en premier. »
Ces sages paroles laissées par les ancêtres du karaté okinawaïen expriment également la spiritualité en tant qu’art martial développant la paix et respectant la courtoisie. L’apprentissage du respect de la courtoisie ainsi que des techniques et des aspects techniques est exactement la raison pour laquelle de nombreux amateurs de karaté viennent à Okinawa depuis l’étranger.

hr
Le Comité Exécutif du Tournoi International de Karaté d'Okinawa
(Division Culture, Tourisme et Sport de la Préfecture d'Okinawa, Division Promotion du Karaté, Équipe de Promotion du Karaté)
Gouvernement préfectoral d'Okinawa 1-2-2 Izumizaki, Naha, Okinawa, 900-8570
TEL: 098-866-2232 FAX: 098-866-2208